accueil
en Wallonie
à Bruxelles
Site transition21
Accueil > Le développement durable > Boîte à outils > Rapport au politique : Responsabilité individuelle ou collective

Rapport au politique : Responsabilité individuelle ou collective

mise en ligne : lundi 21 février 2011

Le développement durable pose la question du niveau d’action : à l’échelle de l’individu ou de la société ?

Si la société civile met si souvent l’accent sur la dynamique collective, c’est bien parce que le marché renvoie constamment le consommateur à son individualité. Il ou elle est prié(e) de consommer, de toutes les façons possibles et imaginables. Le marketing segmente le marché des consommateurs. Ainsi, sur les réseaux sociaux en ligne, les publicités qui apparaissent s’adaptent au profil de consommation du visiteur...

Le marché renvoie aussi la responsabilité au consommateur de choisir quel produit est bon ou pas du point de vue de ses intérêts particuliers et de l’intérêt général. Mais le consommateur n’est pas un expert, il ne peut pas tout savoir de la chaîne de production et de distribution. C’est pourquoi des choix de société doivent être effectués au niveau de la collectivité : incitations mais aussi interdictions ou contraintes aux entreprises. C’est la régulation, qui doit être orchestrée par les pouvoirs publics.

Le marché n’aime ni la régulation, ni les dynamiques collectives. A son image, les médias de masse rechignent désormais à organiser de véritables de débats de société. Aux prises de position concertées ils préfèrent les témoignages d’individus, qui viennent alimenter le propos de tel ou tel « VIP ».

Faut-il pour autant rejeter toute dynamique individuelle en matière de développement durable ? Il semble évident que les deux sont indispensables et ne peuvent être opposés, au risque de contribuer au fatalisme ambiant. Comment, dès lors, articuler action individuelle et collective ? En clarifiant bien les rôles et les limites de chaque niveau d’action ou d’influence et les conditions de leur complémentarité : l’action collective est nécessaire pour rendre possible et pertinente la démarche individuelle, que l’on agisse en tant que citoyen, travailleur ou entrepreneur. Et dans l’autre sens, il faut bien que des individus se bougent pour qu’une action collective soit possible...

L’avis des associations :

POSECO

SAW-B


Suivre la vie du site RSS |

Avec le soutien du Ministre fédéral du climat et de l’énergie.