accueil
Accueil > On y était ! > Jai Jagat 2020, une intention pour le monde

Jai Jagat 2020, une intention pour le monde

Atelier avec Rajagopal, d’Ekta Parishad, le 24 novembre 2016

mise en ligne : jeudi 24 novembre 2016

Après une conférence avec Riccardo Petrella à Louvain-la-Neuve le mercredi 23 novembre, Rajagopal du mouvement indien Ekta Parishad rencontrait à Bruxelles, ce 24 novembre 2016, des membres d’Associations 21 et d’autres citoyens & activistes répondant à l’appel pour une marche mondiale, Jai Jagat, en 2020.

Jai Jagat signifie "Victoire du monde" et vise à approfondir la justice, à étendre l’éthique et à harmoniser le développement (Deepening Justice - Expanding Ethic - Harmonizing development).

Concrètement, en 2020, une marche conduira une délégation de 150 jeunes Indiens issus des communautés paysannes, de Delhi à Genève, en vue d’y interpeller les institutions internationales ayant leur siège à Genève et d’y rencontrer d’autres mouvements sociaux lors d’un Parlement des Peuples, du 21 septembre au 2 octobre 2020.

Les 150 jeunes qui marcheront seront un "global team". Ceux qui s’inscrivent pour la longue marche doivent préciser pour quelle portion car tout le monde ne marchera pas toute la longueur.

Cette campagne vise particulièrement les jeunes, qui veulent vivre dans un monde plus pacifique et un environnement préservé. En Inde, Ekta Parishad organise des camps de jeunes, afin de leur permettre d’acquérir des connaissances et une vision globale, de sorte qu’ils ramènent du dynamisme dans leur village et mettent leur énergie dans un projet positif. Lorsque la marche mondiale les aura conduits à Genève, le message passera mieux auprès des institutions internationales s’il vient des jeunes.

Jai Jagat débutera à Delhi le 2 octobre 2019 : ce sera alors le 150ème anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi. Cette date est mobilisatrice pour démarrer la marche. Gandhi était très critique sur les modes de développement. Bien sûr, d’autres marches peuvent démarrer d’ailleurs, par exemple de Belgique, à pied ou en vélo.

The power of the poors
Tout d’abord, il convient de différencier pauvres et miséreux. Les pauvres ont une grande force : celle du nombre ! A condition d’être organisés collectivement. Ils ont de nombreuses compétences et expériences. Ekta Parishad a déjà organisé avec succès plusieurs grandes marches en Inde, pour faire pression sur le gouvernement.

The magic of one
Comment rassembler les moyens nécessaires pour l’organisation de cette marche ? Ekta Parishad propose « the magic of one » : chacun met 1 roupie chaque jour dans un pot. C’est le minimum de contribution individuelle pour pouvoir participer.

Pour de précédentes marches, de telles épargnes ainsi accumulées pendant 3 ans permettaient à chaque famille de réunir 1000 roupies et ainsi de ne pas dépendre d’autrui pour permettre à un.e des leurs de participer. Une poignée de riz à chaque repas est une autre forme de contribution très concrète et signifiante.
Il est aussi proposé aux militants Indiens d’envoyer chaque année une carte postale au gouvernement.

Autre forme de contribution : un mois par an dédié au travail collectif. Cela peut être réparti sur l’année. The magic of one peut être aussi un don de temps, de capacités intellectuelles, d’idées... Par exemple de la part des plus âgés qui ont moins de force physique mais bien des capacités intellectuelle. Chacun.e donne ce qu’il/elle peut.

Ainsi, pour développer les capacités d’un réseau à la base, « the Magic of one » : peut être utilisé aussi en Europe.

Dans le mouvement, les jeunes urbains ne sont pas oubliés. Souvent, on constate un manque de respect pour le travail manuel. Cela est notamment dû au système scolaire qui valorise plus les formations intellectuelles. Il est temps de reconnecter les jeunes éduqués intellectuellement et ceux qui font des travaux manuels : cela est vrai aussi chez nous ! Donc les contacts entre jeunes ne concerneront pas seulement les échanges entre les nationalités mais aussi entre les différentes catégories sociales dans chaque pays et contexte.

Les femmes sont également dynamiques au sein d’Ekta Parishad qui a organisé, en 2016, une rencontre de "Women peace builders" : 200 femmes (100 indiennes, 100 intern) qui ont exploré pendant 10 jours le peace building sur base de leurs expériences partagées. Beaucoup de femmes construisent la paix à leur niveau, cela a été mis en valeur.

Calendrier :
- 2017 : une longue marche est programmée en Inde, dans le Bihar, près du Népal
- 2018 : marche vers Delhi, partant de 5 places différentes, et conférence internationale sur l’économie non violente.
- 2018 : 2ème rencontre internationale des femmes peace-builders en Georgie.

Pour rallier l’Europe, différents plans sont envisagés, selon l’évolution de la situation politique dans les pays à traverser.

- Plan A : pour l’instant, Ekta Parishad cherche des permissions pour marcher au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, en Turquie. Ils ont déjà des contacts en Georgie.
- Plan B : se passer le relais de pays en pays.
- Plan C : passer par l’Europe de l’Est.
- Plan D : vol direct jusque Genève.
Selon ces plans, deux certitudes : le départ le 7/10/19 à Delhi de la marche indienne, et le rendez-vous de Genève.

Sujets en débat

- Les communs sont un des sujets qui seront abordés au People’s parliament, où chaque mouvement peut contribuer au programme.

- L’économie non violente : c’est l’économie pour le bien-être de toutes-tous. La démocratie ne promet que le bien-être d’une majorité. Il s’agit donc d’une économie "all-inclusive" (incluant tout le monde) et "bottom-up" (développée par la base).

- Ce n’est pas que l’économie qui doit être non-violente, mais la société dans son ensemble, en harmonie avec la nature. il s’agit donc de promouvoir le dialogue plutôt que la force, dans tous les domaines et pas seulement dans les rapports entre les responsables politiques et les mouvements sociaux : l’éducation peut être violente, l’économie, les médias... C’est tout cela qui doit changer.

- Quel que soit le chemin par lequel la marche passera, celle-ci rencontrera immanquablement des réfugiés, interdits d’entrer en Europe. Ce sujet sera incontournable, à voir comment l’aborder.

- Les initiatives artistiques en lien avec les sujets débattus au Parlement des Peuples, seront les bienvenus (chorales, spectacles, performances...) L’humour sera également au programme.

Impact attendu :
- lier les différentes campagnes pour construire un mouvement soc global
- créer une génération de nouveaux leaders dédiés à la non-violence
- faire pression pour le dialogue et le changement dans les institutions internationales
- accroître le débat public et pratiquer la justice, l’éthique et la non-violence dans toutes ses dimensions dans la société.

Appel aux volontaires

Volontaires bienvenus pour actualiser et améliorer les sites suivants, fournir des pages dans différentes langues (à bon entendeur/euse qui voudrait aller passer 6 mois en Inde pour ce faire) :
- http://www.jaijagat2020.org
- http://www.ektaeurope.org
- http://www.ektaparishad.com
- http://www.iginp.org : International Gandhi Institute for Nonviolence and Peace

Pour en savoir plus :

- Sur Jai Jagat : Site d’Ekta Parishad
- Premier échanges sur Jai Jagat en 2015 avec les leaders d’Ekta Parishad
- Groupe de soutien d’Ekta Parishad à Genève


Avec le soutien de