Le M.A.P.

Le MAP défend les droits des paysans et les principes de la Souveraineté alimentaire des peuples au travers de la mise en pratique des principes de l’agroécologie et travaille à unir les paysanNEs, les producteurs ruraux et agricoles, les artisans dans une action commune pour un développement solidaire.


Adresse: 37 chaussée de Wavre 5030 Gembloux
Site: lemap.be

Le MAP (Mouvement d’Action Paysanne) est une association de paysannes et de paysans, de citoyennes et citoyens qui ont créé une « Ecole Paysanne Indépendante » (ASBL EPI) pour transmettre les savoirs et savoir-faire paysans. Le MAP et l’EPI s’attachent à faire reconnaître publiquement l’existence, le contenu et la spécificité de l’agriculture paysanne et de la profession de paysan.

Pour le MAP, l’agriculture paysanne est

  • Respectueuse : conscients qu’elles et qu’ils sont une partie de la nature, les paysannes et les paysans en respectent sa biodiversité, ses rythmes, sa fertilité. Elles et ils pratiquent une agriculture respectueuse des générations passées et futures, de l’Homme et de son humanité. C’est un modèle de production porteur de justice sociale.
  • Econome : elle valorise les ressources abondantes et économise les ressources rares. Elle tend à libérer l’agriculture de sa dépendance aux énergies fossiles.
  • Locale : c’est une agriculture diversifiée et de territoire, elle couvre le plus de besoins locaux possibles et ce par le biais de circuits les plus courts possibles. Elle permet l’autonomie alimentaire du paysan et privilégie les marchés locaux et nationaux. Elle participe au développement de l’économie locale et veille à maintenir le lien avec les hommes et les femmes bénéficiant de sa production.
  • Solidaire : être solidaire des paysannes et paysans proches (partage des outils, des circuits de commercialisation,…). Etre solidaire des paysannes et paysans des autres régions d’Europe et du monde. Permettre à chacune et chacun d’accéder au métier et d’en vivre en limitant le développement territorial et en répartissant les volumes de production. Promouvoir la solidarité entre les paysannes et paysans et les populations (reconnaissance du travail paysan et prix équitables).
  • Pérenne : c’est un modèle de production qui devrait favoriser l’accès au métier de paysan(ne), assurer la pérennité et la transmission des outils et des savoir-faire.
  • Autonome : tendre vers une agriculture paysanne durable qui permette une autonomie décisionnelle (liberté d’orienter ses choix par soi-même par rapport au politique, au marché, aux multinationales), une autonomie de fonctionnement (être indépendants d’intrants extérieurs), une autonomie de groupe (s’organiser au sein d’un réseau paysan, se mettre d’accord sur des modes de fonctionnement propres, être dans une interdépendance acceptée au sein d’une communauté de destins).

5 enjeux pour le mouvement paysan :

1. Défendre les droits paysans = Proposer des changements dans les lois & règlements
2.Produire et diffuser le discours du mouvement paysan
3. Organiser, syndiquer paysannes et paysans, pour chercher, inventer, travailler, agir ensemble
4. Former paysannes et paysans, acteurs de changement
5.Cultiver (Ré-enchanter) le mouvement paysan

Les fondements du Mouvement d’Action Paysanne

  • L’agriculture paysanne est une idée de l’agriculture qui s’inscrit dans les critères de durabilité, de respect de l’environnement et de conservation du tissu social.
  • L’agroécologie peut être une discipline scientifique, un mouvement ou une pratique. L’histoire de l’agroécologie a commencé en 1928 avec la première publication qui a utilisé le terme.
  • La souveraineté alimentaire est un concept développé et présenté pour la première fois par Via Campesina lors du Sommet de l’alimentation organisé par la FAO à Rome en 1996. Il a depuis été repris et précisé par les altermondialistes lors des différents Forums Sociaux Mondiaux.
By |2018-06-05T12:02:31+00:00juin 28th, 2017|Categories: Les membres|0 Comments

About the Author: