Lettre ouverte de la Coalition Climat aux formateurs des différents gouvernements

D‘ici 2050, l’Europe et la Belgique doivent réduire de 80 à 95% leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, pour apporter une contribution équitable à la lutte contre les changements climatiques. Il est temps d’agir!

Les besoins d’investissements dans la transition vers une société bas carbone

D‘ici 2050, l’Europe et la Belgique doivent réduire de 80 à 95% leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, pour apporter une contribution équitable à la lutte contre les changements climatiques. Les derniers rapports du GIEC illustrent à nouveau la nécessité de telles réductions. Ils démontrent également que des efforts supplémentaires sont indispensables d’ici 2020.

Les 5 prochaines années sont cruciales pour notre pays, s’il veut réussir sa transition énergétique. Parc de production fossile et nucléaire vétuste, bâtiments énergivores, réseau électrique inadapté, transport trop dépendant de la route et des carburants fossiles: une réaction rapide s’impose.

La Coalition Climat, dans sa récente campagne Jobs4climate, a pointé l’importance des investissements dans la transition énergétique. Une stratégie win-win, aussi bien dans le Sud que chez nous. Un programme ambitieux d’investissements dans la rénovation énergétique, dans un réseau électrique intelligent, dans les énergies renouvelables et les transports respectueux de l’environnement permettra de créer de nombreux emplois supplémentaires en Belgique. Il est indispensable pour assurer la prospérité de notre société et ira de pair avec la réduction de la pollution de l’air et de notre dépendance de plus en plus coûteuse aux combustibles fossiles. Nous ne pouvons faire l’impasse sur la nécessité d’un tel programme.

Les investissements nécessaires à une transition énergétique juste ne sont pas seulement l’affaire des entreprises et des ménages, mais aussi celle des autorités. Nous espérons que vous mettrez tout en œuvre pour en accélérer le rythme. Pour ces prochaines années, il appartient aux gouvernements de fixer ces priorités :

1. Doubler le rythme de rénovation du parc de logements.

Des normes de prestation énergétique pour les habitations existantes, lors de leur remise en location ou en vente, doivent être imposées, tout en veillant à améliorer l’accessibilité au logement aux ménages, en particulier les plus précarisés. Les propriétaires doivent être encouragés à effectuer prioritairement des rénovations énergétiques profondes. Quant aux autorités, nous attendons qu’elles donnent le bon exemple en créant 10.000 nouveaux logements sociaux par an dans le patrimoine public existant ou à construire.

2. Le réseau intelligent de l’avenir

Le réseau de l’avenir permettra de gérer mieux la production d’’énergie à partir de sources intermittentes, grâce entre autres à un management plus actif de la demande. Ce réseau devra également être à même de supporter l’électrification accrue dans le secteur des transports et des bâtiments. Des investissements conséquents seront nécessaires à cet égard.

3. Un transport public plus efficace et l’amélioration des infrastructures cyclables

D’après l’OCDE, la congestion coûte à notre pays jusqu’à 2% du PIB. Elle provoque une pollution de l’air grave et des pertes de temps de plus en plus absurdes. Outre un évident besoin de réduire une demande en mobilité aujourd’hui en partie irrationnelle, l’offre de solutions alternatives pour les marchandises et les automobilistes doit impérativement être fortement développée, qualitativement et quantitativement (transport ferroviaire passagers et fret, sociétés régionales de transport publics, …). Les investissements dans l’infrastructure cyclable doivent quant à eux, en moyenne, être doublés.

4. Accélérer la croissance de la production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable

La croissance annuelle de la capacité installée en unités de production d’énergie renouvelable devrait, selon l’Agence Européenne de l’Environnement, augmenter de 25% en Belgique, en comparaison avec la période 2005-2011, pour atteindre les objectifs fixés par l’Europe à l’horizon 2020. Les gouvernements doivent efficacement soutenir un mix intelligent qui tienne compte des travailleurs occupés de manières directe et indirecte dans les secteurs de production d’électricité existants et permette d’assurer l’approvisionnement énergétique du pays via, entre autres, un nécessaire degré d’autonomie. Il s’agit également de redoubler d’efforts en R & D pour la production et le stockage d’énergie.

En tant que large coalition de septante organisations de la société civile, nous espérons que vous veillerez à ce que ces objectifs soient traduits en engagements concrets dans les accords de gouvernements.

Pour la Coalition Climat,
Mathias Bienstman
Président

Pour aller plus loin: fiches techniques
jobs4climate_fiches_fr.pdf

By |2014-06-12T15:03:00+00:00juin 12th, 2014|Categories: Energie - Climat|Tags: , , |0 Comments

About the Author: