Modes de consommation et de production durables

En 2013, Associations 21 démarre un nouveau groupe de travail sur les modes de consommation et de production durables (GT MCP). Présentation des objectifs, des modalités et du contexte institutionnel.

Objectifs

  1. le partage d’expertises et de points de vue sur la financiarisation/marchandisation des ressources naturelles v/s l’approche des « commons » (ou biens publics mondiaux) et le suivi des travaux d’un réseau associatif plus large qui prépare un Festival des biens communs en 2014 à travers différents projets traduisant concrètement cette approche «biens communs».
  2. L’approfondissement du thème «valorisation des déchets-ressources», dans la foulée d’un échange croisé organisé en 2012 par Associations 21 sur Récupel.
  3. Le suivi des travaux sur les indicateurs de bien-être.
  4. Un dialogue avec les organisations d’agriculteurs en vue de reconstruire ensemble des modes de consommation alimentaire et de production agricole durables.
  5. Le suivi des études et actions remettant en cause l’accaparement et l’exploitation outrancière des humains et de l’environnement, et l’examen des alternatives crédibles qui permettent de répondre aux besoins fondamentaux de tous, tout en régénérant les ressources. À titre d’exemple, on suivra avec intérêt les travaux menés en Belgique pour mettre en oeuvre les principes de l’économie bleue, telle que prônée par Gunther Pauli.

Modalités

Une première réunion du GT MCP aura lieu le 10 janvier 2013. Elle sera exclusivement consacrée à la rédaction d’un avis de la société civile sur le projet de code wallon de l’agriculture, proposé par le Ministre Di Antonio.

Si vous souhaitez être tenu au courant des activités suivantes de ce GT, n’hésitez pas à signaler votre intérêt au secrétariat.

Contexte

Depuis Rio 1992, les modes de consommation et de production durables constituent un thème important des débats internationaux sur le développement durable, dans lesquels la société civile est amenée à se positionner.

En 2002, le « plan de mise en oeuvre de Johannesburg » évoquait déjà dans son chapitre 3 un « cadre de programmes à 10 ans sur les modes de consommation et de production durables », qui devait être mis sur pied par la Commission du développement durable de l’ONU (CSD).

La première réunion internationale dédiée à ce cadre de programmes à 10 ans, s’est tenue à Marrakech en juin 2003. C’est ainsi que fut lancé le processus de Marrakech.

Le plan-Cadre issu de ce processus devait être adopté lors de sa 19ème session de la CSD à New-York en mai 2011. Finalement, ce ne fut pas possible d’adopter alors ce plan-cadre.

Le point fut remis à l’agenda de Rio+20 en juin 2012, et le principe d’un tel cadre de programmes à 10 ans y fut adopté (cf. Paragraphe 226 de la Déclaration de Rio+20), moyennant la précision voulue par les États-Unis que de tels programmes devraient rester volontaires.

À cette occasion, Maria Luiza Ribeiro Viotti, représentante permanente du Brésil à l’ONU, a transmis au Secrétaire Général de la conférence des Nations Unies Rio+20 un document présentant les contours d’un tel cadre de programmes à 10 ans, ses objectifs, ses fonctions, son organisation et les moyens à mettre en oeuvre.

Depuis 10 ans donc, les institutions nationales et internationales en charge du développement durable se penchent sur ce sujet:

 UNEP: publication en 2004

 Plan d’action européen de 2008

 Travaux du Service public programmatique politique scientifique de la Belgique fédérale

 Travaux plus récents au niveau international

About the Author: